Follow Us Outside - Welcome to my world !

Fjällräven Classic hiking race – une expérience pas comme les autres

Il y a quelques temps, nous avions publié un article sur un de nos entraînements en vue de la Fjällräven Classic, une course trek de 110km dans le nord de la Suède!

Nous voici de retour, prêtes à partager avec vous quelques souvenirs de ce périple fantastique!

5 août 2016 – Direction la Suède

Genève aéroport - check in

Genève aéroport – check in

L’excitation est là… enfin le jour du départ! Hier soir, chacune de notre côté allions à travers tout notre matériel, vérifions que nous n’avons rien oublié! A présent, à l’aéroport, c’est une petite montée d’adrénaline qui nous prend… On y est… à plus ou moins 24h de notre départ de course! … du moins, c’est ce que nous imaginions…

Stockholm - Au gate en attendant l'embarquement pour Kiruna! L'aventure semble commencer maintenant, entourées de tous les côtés par d'autres concurrents de la course.

Stockholm – Au gate en attendant l’embarquement pour Kiruna! L’aventure semble réellement commencer maintenant, entourées de tous les côtés par d’autres concurrents de la course.

Nous décollons avec un peu de retard en direction de Stockholm et nous assurons auprès d’une des hôtesses que nous n’aurons pas de souci pour embarquer sur le vol pour Kiruna. Celle-ci nous rassure en nous indiquant que grâce à des vents favorables, nous avons complétement rattrapés notre retard et qu’il n’y aura aucun problème pour le vol suivant. Nous voilà sereines, même à rire en évoquant la problématique qu’aurait été celle de manquer notre vol correspondant ou que nos sacs à dos ne suivent pas… ERREUR!!! Grosse ERREUR!! Ne jamais rire de l’éventualité que vos sacs ne suivent pas…

 

Nous allions en faire les frais quelques heures plus tard…. à Kiruna…

20160805_183418Mauvaise blague…

…. tel est notre sentiment lorsque Rana entend son nom dans le haut-parleur du terminal d’arrivée de l’aéroport de Kiruna… Nous apprenons que nos sacs à dos sont restés à Stockholm!! Le représentant de la compagnie aérienne nous promet que nos sacs à dos suivront sur le premier vol du lendemain, qui arrive à 10h00. La membre du personnel Fjällräven, présente pour nous accueillir, nous promet que nos sacs seront mis dans les bus des participants en direction du départ et nous demande de nous rendre directement là-bas demain. Nous nous assurons que ce sera bien le cas et nous rendons plutôt rassurées à notre hôtel, tout en riant un peu jaune de notre mésaventure.

L’Hotell Kebne est agréable, juste ce qu’il faut, et Rana redécore sans le vouloir le mobilier… hahaha -> L’abajour du lampadaire de la chambre s’est abattu sur sa tête au moment précit où elle s’est assise en dessous… fous rires ^^!

Le BISHOP

DSC_8914

Le BISHOP

Nous cherchons un endroit sympa où manger quelque chose… on nous recommande le BISHOP!! C’était juste fabuleux! On se fait la réflexion que l’on se croirait presque dans un vieux bar en Alaska… l’ambiance est très très sympatique, le personnel extrêmement gentil et serviable (par exemple, étant indécises quant à la bière à prendre, le serveur lui n’hésite pas et nous sors un assortiment de tous ces breuvages… nous voilà en mode dégustation de bières locales! hihi ^^) Et le repas… olalaaa c’était merveilleusement bon! Une bonne soirée dans une ambiance conviviale pour oublier le petit épisode de l’aéroport!

 

DSC_8968

Le BISHOP

DSC_8924

Le BISHOP

Samedi 6 Août 2016 – Jour J

Check-in & récupération de notre nourriture pour les trois prochains jours. Un ravitaillement sera fait en route.

Check-in & récupération de notre nourriture pour les trois prochains jours. Un ravitaillement sera disponible durant le trek.

Samedi…. 7h30… le réveil annonce une journée exceptionnelle, un départ de course prévu à 13h00, nous nous sentons toutefois un peu mitigées… nos sacs à dos seront-ils là….?

 

DSC_9004Nous nous rendons comme prévu au check-in de la course à Kiruna et recevons notre matériel fournit par Fjällräven: Un hiking pass qui devra être tamponné à chaque checkpoint, un plan cartographique, un trashbag (sac poubelle réutilisable), du gaz pour le réchaud et de la nourriture lyophilisée pour 3 jours. Avant de prendre le départ, nous nous assurons d’avoir du produit anti-moustique ainsi que quelques accessoires utiles tels que services pour Rana et quelques mini épices pour moi, tout en réussissant l’exploit de ne pas craquer pour les beaux vêtements Fjällräven en vente….^^

DSC_9041Nikkaluokta

Petit hameau à une petite heure de Kiruna, Nikkaluokta ne dispose que d’un petit lodge-restaurant, entouré de quelques petits baraquements de chambres. C’est ici que commence réellement l’aventure de la Fjällräven Classic, avec la ligne de départ pour des groupes de participants!

Nous nous rendons auprès du personnel Fjällräven afin de savoir si nos sacs sont bien arrivés. Leur bureau est situé dans la mezzanine du restaurant… qui s’avéra être notre camp de base pour les prochaines… huit heures…. !!

DSC_9078Nos sacs n’étaient pas sur le vol de 10h00… j’essaie d’anticiper le “worst case scenario” et me renseigne auprès du lodge afin de savoir s’il reste éventuellement de la place pour cette nuit… évidement, ceux-ci sont complets! Dans l’intervalle, nous regardons, dépitées, partir notre groupe à 13h00….

Nous reprenons notre attente jusqu’à l’arrivée du prochain vol à 15h00… – Sentiment jouissif lorsque la responsable nous informe avec un énorme sourire que nos sacs sont arrivés et qu’ils seront mis dans l’un des bus des participants, ce qui nous permettra de faire le départ avec le groupe de 16h00!

Nous nous affairons, essayons de préparer tout ce que nous pouvons afin d’être le plus prêtes possible lorsque les bus arriveront! Soudain, un groupe de participants arrivent… Rana et moi courrons à l’extérieur vers le parking et sprintons de long en large, d’un bus à l’autre à la recherche de nos sacs…. invisibles…! Tous les membres du personnel Fjällräven sont questionnés! “Avez-vous vu deux sacs à dos, etc”… Entre deux, nous nous apercevons que nous sommes désormais connues… les deux “swiss chics with no bags”…

20160806_194221Nous recevons l’information que nos sacs n’ont pas été mis dans les bus mais que d’autres participants arrivent en taxi et que les sacs y ont été mis! Encore un gros coup d’adrénaline lorsque nous voyons arriver les taxis…. mais sans nos sacs à dos….!

A ce stade, “légèrement” excédées, nous décidons de manger quelque chose et de faire le point après… c’est le moment mal choisi que prend justement un membre du personnel pour nous informer sans aucune sympathie que nos sacs sont toujours à l’aéroport, qu’ils seront mis sur les bus du lendemain pour le départ de 7h00 et que nous n’avons qu’à dormir ici mais qu’il est hors de question qu’ils prennent en charge les frais!! Je vois les visages de ces collègues féminines gênées autour de lui… A ce stade, je suis à deux doigts de perdre patience… je lui réponds avec un grand sourire mais sur un ton qui ne laisse pas place à la discussion que nous allions manger maintenant, que cela aiderait sans doute à avoir un peu plus de patience; que non, nous ne pourrons pas dormir ici – l’établissement étant plein, et que TOUTES nos affaires pour dormir sont dans nos sacs à dos!!;  que certes la compagnie aérienne a fait une erreur mais que c’est Fjällräven qui s’est planté à maintes reprises depuis ce matin et qu’à notre retour de notre repas nous attendions une solution de leur part, quitte à dormir sur un bout de tapis ça nous est égal, du moment que l’on nous trouve une solution!

Une autre responsable s’avance vers moi et m’indique avec un visage compatissant que quoi qu’il arrive, elle s’arrangera pour nous trouver une solution. Dix minutes plus tard, nous apprenons que le staff désagréable part à la rencontre d’un chauffeur qui le rejoindra à 20 minutes de là pour récupérer nos sacs… YOUHOUUUU !! Sentiment de victoire!!

Lorsque nos sacs arrivent enfin, on nous encourage à partir avec le groupe de 7h00 le lendemain… mais nous n’en pouvons plus de rester ici à attendre et voulons simplement avoir le sentiment d’avancer!!

Nous pesons nos sacs, par curiosité… Rana va porter 15kg et le mien pèse 23kg!!

– DEPART –

C’est au final à 19h45 que nous commençons officiellement notre aventure en prenant le départ!! Personne autour de nous… il fait toujours jour… et nous voilà en route… Abisko, here we come!!

Itinéraire

L'itinéraire de 110km - de Nikkaluokta à Abisko

L’itinéraire de 110km – de Nikkaluokta à Abisko

DSC_9147Forêt sans fin

Cela fait plusieurs heures que nous avançons d’un pas régulier. Nous avons déjà fait quelques ajustements de sacs, et découvert le type de terrains dans lequel nous évoluerons dans les prochains jours… Le terrain est gorgé d’eau… le sentier est rocailleux, boueux, et très très souvent constitué d’une continuité de planches ressemblant à une sorte de passerelles afin d’éviter les nombreux marais, rivières, ruisseaux… mais le plus pénible pour nous en ce moment, c’est cette forêt qui semble interminable! Les moustiques essaient de trouver des failles dans notre attirail… heureusement l’huile anti-moustique est relativement efficace! Nous aimerions arriver au premier checkpoint, Kebnekaise, ce soir.

Bien qu’il fasse jour même la nuit, nous nous apercevons qu’une certaine obscurité s’installe et nous oblige à nous concentrer davantage à chaque pas! Les lumières de Kebnekaise sont en vue et nous espérons l’atteindre dans une demi-heure environ!

Mais il faut nous rendre à l’évidence… nous sommes éreintées par les événements du jour et devons nous arrêter avant notre objectif! De plus, cela fait bien plus d’une demi-heure que nous marchons depuis que nous avons vu ses fameuses lumières et celles-ci semblent toujours aussi lointaines… Heureusement, dans l’intervalle, nous voici sorties de notre affreuse forêt!  Profitants d’une zone plus ou moins dégagée et relativement plate, nous montons la tente et décidons de passer la nuit ici! Je regarde l’heure et découvre qu’il est une heure du matin!!!

Nous n’avons pas le courage de sortir le réchaud pour un repas chaud… à la place ce sera morceaux de pain et graines, histoire d’avoir quelque chose dans l’estomac! Depuis notre tente, à cet instant, nous prenons conscience de la chance que nous avons d’avoir pu débuter notre aventure…

 

A l’aide de notre hiking pass, nous nous familiarisons un peu plus avec le parcours à suivre. Sans omettre les fous rires à l’essai de prononciation des noms locaux hahaha!!

IMG-20160812-WA0023Dimanche 7 août – Kebnekaise

Le confort d’une tente étant ce qu’il est et le terrain n’étant pas des plus plats, la nuit fut courte. Nous découvrons nos petits déjeuners… peu ragoutant! Une sorte de muesli au chocolat qui a de la peine à se faire avaler! Mais nous aurons besoin de toute l’énergie possible et nous forçons de finir notre petit-déjeuner.

La météo est pour le moment clémente, mais le ciel reste couvert! Nous essayons de trouver nos marques dans nos habitudes camping, mais clairement il nous faudra devenir plus efficaces les prochains jours afin de perdre moins de temps.

Nous revoici en route en direction des lumières de la veille!Il nous faudra encore une bonne heure avant d’exulter en voyant le nom “Kebnekaise” devant nous! Notre premier checkpoint!!

Kebnekaise est une station de montagne. Restaurants, petites cabanes (sans doute des dortoirs ou chambres), petit shop, wc et douche… C’est ici que Fjällräven a implanté un énorme tipi ainsi qu’une de leur grande tente bleue, qui sera notre recherche tout au long du trek: trouver les tentes bleues = une étape en plus réalisée! youhou

Nous inscrivons nos noms sur le livret d’arrivées et recevons dans le tipi une bonne petite pâtisserie à la cannelle, ainsi qu’un verre de jus de pommes bien concentré!

IMG_20160817_213910DSC_9161Nous sympathisons avec un jeune couple hollandais très gentil, et j’effectue un achat compulsif d’un bonnet au nom de la station. Il faut dire que derrière nous domine le sommet du Kebnekaise, qui est tout de même le plus haut sommet de la Suède, malgré son “petit” 2’106m! Nous décidons de ne pas faire le sommet cette fois-ci. Après tout, nous voulons essayer de rattraper encore un petit peu notre retard de la veille car nous devons impérativement arriver à Abisko le mercredi 10 août!

C’est une ambiance particulière que de croiser des randonneurs d’autant de nationalités différentes! Nous sommes tous identifiables à nos fanions carrés orange vif attachés sur le haut de nos sacs! (même si pour la quasi totalité du trek nous portons tous nos protections de pluie sur les sacs). Célibataires, couples, groupes d’amis et mêmes familles avec de jeunes enfants sont de la partie! J’ai été surprise par le nombre d’asiatiques prenants part à la course! Beaucoup d’hollandais, belges et  français en plus des scandinaves…

Ambiance un peu mystique

Ambiance un peu mystique

D'autres participants à la course

D’autres participants à la course

DSC_9203DSC_9207Singi

Nous entamons la deuxième étape, et espérons relier Singi encore aujourd’hui car on nous annonce la pire journée météo demain! Il nous faut néanmoins marcher encore 15km pour cette étape! 15 looooongs kilomètres!!

Le paysage est désormais alpin, des montagnes entourent de part et d’autre la large vallée dans laquelle nous évoluons. Le temps est très instable: une pluie fine va et vient, une sorte de nuage de brouillard très fine semble danser dans la vallée avant de laisser quelques rayons de lumières éclairer des morceaux de pâture ça et là! Les couleurs et le style de terrains sont vraiment différents de chez nous, et malgré le poids sur nos épaules, nous nous délectons de ces tableaux naturels.

Le sentier nous emmène en plein cœur du vallon, et nous cherchons au mieux à nous faufiler entre les passages de boues et ruisseaux éparses. Les couleurs sont incroyables; les herbes sont d’un vert vif, contrastant avec les roches des montagnes violettes et ocres. La forêt de la veille semble très loin à présent!

DSC_9220

Le vallon derrière nous

DSC_9230

DSC_9238

DSC_9243

DSC_9245DSC_9247Le vallon se resserre autour de la rivière alors que le vent se lève et nous envoi des bourrasques froides dans le visage. Il est temps de faire une halte pour nous sustenter!

Nous trouvons abri derrière un gros rocher (à droite sur la photo de gauche), dans une sorte de petit pierrier longeant ce tronçon de sentier. Le défi est de réussir à allumer le réchaud; bien que protégé du vent dans notre cachette, quelques bourrasques viennent faire tanguer la flamme de notre allumette! Mais finalement, nous sourions en voyant des petites bulles apparaître dans notre casserole remplie d’eau! Le repas est prêt en quelques minutes et cette nourriture chaude dans notre panse nous fait le plus grand bien!

Nous sommes prêtes à reprendre la route!

L’itinéraire monte encore un petit peu avant de s’ouvrir sur quelques petits lacs. Derrière eux se dessinent de nouvelles vallées et je sens que nous approchons du prochain check point! Il sera temps… la plante de mes pieds commence à vraiment se manifester…

DSC_9266

DSC_9271

En peu de temps, nous voici en train de sortir de notre vallon, avec devant nous un grand plateau en contrebas, où un doux rayon vient nous réchauffer pendant que nous admirons la beauté du paysage. Nous voyons au loin le campement du deuxième checkpoint.

 

 

 

 

 

DSC_9315DSC_9319Et quelle ne fut pas notre surprise en voyant à notre droite un troupeau d’une dizaine de rennes sauvages, paissant paisiblement dans ces pâturages… Je suis tellement heureuse que Rana ai pu les voir! Je considère que c’est un privilège que de rencontrer des animaux sauvages dans leur territoire! Un vrai cadeau!

 

 

Singi - en train de profiter de notre kebab de rennes ^^

Singi – en train de profiter de notre kebab de rennes ^^

DSC_9333L’arrivée au checkpoint est également un sentiment joyeux! Le soleil est de la partie, le personnel Fjällräven toujours aussi gentil! Ici, on nous surprend avec une sorte de kebab, ou plutôt un wrap, rempli de purée de pommes de terre, d’émincé de rennes et de gelée de groseilles! C’était extrêmement bon (hormis peut-être la gelée de groseilles dont nous étions moins fan)!

 

Compte tenu des heures que nous avons marché aujourd’hui, nous décidons de camper ici, et de reprendre tôt la route demain… en espérant que la météo ne sera pas aussi mauvaise que ce que l’on nous a dit!

Nous profitons de la tente pour nous masser, nous occuper de nos pieds, et pour changer faire un peu les pitres… Rire – ça fait toujours du bien!! 🙂

20160807_205242

Lundi 8 août – Tempête & Sälka

On nous l’avait prédit… la pire journée d’un point de vue météo… et ce fut le cas! Nous nous réveillons dans les bourrasques de vent, la pluie, le froid…

Dur de trouver une quelconque motivation pour sortir de la tente (hormis une envie pressante de se soulager… ) mais nous n’avons pas le choix et devons nous remettre en route! Nous prenons notre courage à deux mains, préparons nos affaires de façon méthodique, déjeunons et nous préparons psychologiquement à plier la tente dans une tempête… Finalement, une accalmie… Hop nous fonçons hors de la tente afin d’essayer de la démonter avant qu’il ne recommence à pleuvoir!! Nous avons presque réussi… la pluie tomba de plus belle juste avant que nous puissions la ranger dans sa housse… 🙁

Nous ne perdons pas de temps et nous dépêchons de nous mettre en route, il fait froid et le vent est à décorner les bœufs!

Le parcours nous engage dans une nouvelle vallée, relativement large. Le sentier n’est pas en soi technique, mais les multitudes de cailloux, rochers, passages de boues rendent la marche pénible! Le paysage reste en revanche beau, et nous continuons notre route, parsemée de petites haltes toutes les 1h30-2h00 environ, pour effectuer des étirements, reprendre des forces, etc.

Nous devons également emprunter quelques ponts suspendus… avis aux personnes souffrant de vertige… ça tangue pas mal mais ça tient bien^^

20160808_115251

DSC_9545Les 12,5km qui nous séparaient de Sälka sont, je trouve, un peu monotone… Hormis une petite cabane bienvenue sur le milieu du parcours, permettant au marcheur fatigué de se réchauffer au coin du feu et de profiter des toilettes, le sentier est très identique tout du long entre Singi et Sälka. Il reste certes beau, mais étonnement la partie la plus éprouvante pour moi… Plus nous nous rapprochons du checkpoint, plus je me sens las, sans énergie! Il faut dire que mon estomac commence à avoir les crocs… je n’ai pas assez anticipé mon besoin énergétique lors de la dernière pause! Je suis à la traine dans les 500 derniers mètres, et Rana décuple sa cadence sur ce bout de trajet!

La petite station de Sälka est toute simple… un petit restaurant/shop et un baraquement de logement, des sanitaires, et les fameuses tentes Fjällräven pour effectuer notre enregistrement. Nous profitons que le temps soit relativement sec à présent pour nous préparer un repas, indispensable si nous souhaitons continuer dans l’après-midi!

Une autre équipe engage la conversation avec nous, il s’agit de Martin l’allemand et son ami Csaba le hongrois. Ils étaient sur le départ et sans le savoir, nous allons nous recroiser tous les jours jusqu’à la fin de notre aventure.

Une fois notre repas englouti, nos étirements et massages des pieds et des épaules fait, nous ne tardons pas à nous remettre en route. Il recommence à pleuviner et l’estomac étant en pleine digestion, nous n’avons pas extrêmement chaud….

IMG_20160817_221604Sur le chemin, nous recroisons Gunnar, un volontaire de la Fjällräven, avec sa chienne Fjälla, que nous avions vu la veille sur le sentier. Il s’assurait que toutes les personnes qu’il voyait allaient bien. Un jeune homme très sympathique et souriant avec tout le monde. Aujourd’hui c’est nous qui lui demandons comment ça va et profitons de lui demander conseil. Nous pensions passer le Tjäktja pass et camper après, mais il nous recommande de nous arrêter juste avant, dans la vallée. A cet endroit les emplacements pour installer la tente sont agréables et surtout, une fois le col passé, le terrain sera très rocailleux et peu engageant pour la tente!

Nous suivons son conseil et poursuivons donc jusqu’au pied du Tjäktja pass. Nous repérons un endroit qui semble bien convenir pour la tente, un peu au-dessus des autres concurrents et ne tardons pas à être installée.

Nous passons des moments très agréables, et pour ma part, ce sera la meilleure nuit de toute notre expédition! Nous décidons de partir demain à 6h00, avant la plupart des concurrents, et comme les jours précédents, de garder notre rythme constant, entrecoupé de haltes régulières toutes les 1h30-2h00 afin d’effectuer des étirements pour le dos, reposer les pieds et grignoter de quoi nous donner l’énergie pour poursuivre notre route! Nous effectuons également tous les soirs une bonne demi-heure de massages, étirements, yoga! Nous avons l’air parfois ridicules pendant que nous le faisons, mais ces efforts paient car nous sommes en relativement bon état physique, n’avons aucune ampoules et hormis les chevilles qui n’ont clairement pas assez été entrainées, le reste du corps va bien! L’hydratation est également indispensable, et les nombreux cours d’eau le long du parcours sont du pain béni pour nous éviter d’en porter trop à la fois!

21Mardi 9 août – Tjäktja Pass & Tjäktja & Alesjaure Checkpoint

6h00 du matin… nous sommes dans notre timing à quelques minutes près et nous mettons en route! Tout le monde dort, hormis un couple d’asiatique au loin derrière nous.

Devant nous se trouve l’unique “réelle” ascension du trek, et par la même occasion le plus haut point de la course, à 1’150 mètres de hauteur. Nous arrivons à son sommet en moins d’une heure et laissons derrière nous notre verte vallée pour découvrir un paysage lunaire, un vallon large rempli de roches noires, et de la mousse verte fluo contrastant avec celles-ci de façon incroyable! Il pleuvine à nouveau et le chemin se dessine petit à petit devant nous… Ce pierrier plus ou moins plat est marqué par des pierres rouges pour indiquer le chemin, puis, une interminable ligne de passerelles en planches pour nous amener loin, toujours plus loin au fond de cette vallée…

Gunnar avait raison! Ici, rares sont les emplacements propices à passer la nuit! Nous apercevons deux tentes au loin…

J’aime cet univers! Les nuages autour de nous donnent une ambiance un peu mystique à l’endroit, et le fait d’être seules rend la saveur de cette expérience encore plus forte.

23Petit à petit, le terrain se transforme à nouveau en vertes prairies longeant un torrent de montagne! Nous sommes à présent très proches du checkpoint de Tjäktja mais devons affronter un obstacle de taille…

Avec toutes les précipitations des derniers jours, une grande rivière à traverser est en crue… Nous voyons plusieurs participants jongler en équilibre entre les rochers… essayant de trouver le chemin le plus propice pour traverser sans se mouiller les pieds… La plupart lâchent l’affaire et foncent finalement en courant dans l’eau glaciale… ma pauvre Rana finira par faire de même, après que plusieurs remous d’eau lui aient trempé les pieds…  De mon côté, je profite de la “détresse” d’une participante asiatique devant moi. Celle-ci étant quelque peu bloquée, son mari a traversé à plein pieds trempés, a quitté ses chaussures, revenu sur ses pas dans cette eau glaciale pour placer des gros rochers, nous permettant de traverser à gué!

Les bâtons se révélèrent du reste d’un grand secours durant toute la randonnée pour nous aider à garder notre équilibre, et en tout particulier durant les rivières à traverser!

Nous voici donc enfin à Tjäktja, accueillies par de “charmants” membres de l’organisation qui nous attendent avec du thé et des cupcakes fait maison! Le sourire est sur nos lèvres, car nous avons fait à présent le plus dur du trek! Plus de 60 kilomètres sont derrière nous!!!

Nos dos nous rappellent de temps à autre à l'ordre...

Nos dos nous rappellent de temps à autre à l’ordre…

Nous sommes en relative bonne forme et nous remettons assez rapidement en route! Le but est de joindre Alesjaure encore aujourd’hui!

 

Pourtant la route s’avéra une fois de plus longue! Mais nous n’avons pas le choix car il faut que nous arrivions DEMAIN à Abisko!!

Le parcours est en pente très très douce tout le long… mais la difficulté vient surtout des longs passages sur les passerelles en bois. Avec nos chevilles affaiblies, la concentration est de mise pour chaque pas, d’autant plus que le sol sous nos pieds est une fois de plus détrempé!

Plusieurs personnes tombent devant nous!

Nous continuons notre route au même rythme, entre-coupé de nos pauses régulières pour soulager nos muscles. Nous prévoyons déjà une plus longue pause à Alesjaure, qui semble être sur la carte un refuge de montagne un peu plus grand! Ce qui nous permettrait, s’il y a un abri, de retirer nos souliers et de prendre soin correctement de nos pieds! (plus éventuellement donnerait l’occasion à Rana de faire sécher ses chaussettes trempées).

Entre Alesjaure et Ratojaure

Entre Alesjaure et Ratojaure

Nous arrivons dans l’après-midi à Alesjaure! Le coin est très beau, le refuge est planté sur une sorte de colline qui fait fasse au grand lac Alesjaure! Nous recroisons une fois de plus l’équipe masculine Martin-Csaba. En discutant, nous nous rendons compte qu’ils ont le même objectif pour le jour, à savoir de rallier la fin du lac RatoJaure, au croisement de la vallée qui part vers le prochain checkpoint, Kieron.

 

La route étant longue, nous avons besoin de prendre un peu de repos avant de nous mettre en route… Après tout, nous enchainons des journées de marche d’environ 10-11 heures en moyenne, et à ce stade de la course nous préférons prendre une bonne heure de pause ici, au chaud près du feu de cheminée! Les deux compères se mettent en route, et nous réussissons à nous trouver deux places à l’intérieure, proche du feu.

Nous reprenons notre route. Le lac semble interminable!!! Le sentier qui le longe est bien souvent transformé en passages boueux… puis vient une rivière “infernale” à passer… nous remonter un peu la rivière à la recherche d’un passage moins large et agrémenté de gros cailloux pour passer! Mais aucun pont, aucun passage moins “mouillé” que d’autres… finalement nous nous lançons et passons le plus rapidement possible, non sans laisser un peu d’eau nous refroidir les pieds…

Cette journée est éprouvante et le corps avance de plus en plus de façon machinale, tels des robots… il faut se rendre à l’évidence… il est bientôt 19h00, nous sommes “secs” et ne pourront pas atteindre notre objectif de campement ce soir! Nous jetons notre dévolu sur un petit plateau trônant au-dessus du lac, où se trouve déjà quelques tentes d’autres participants. L’un de ceux-ci nous signale que le personnel d’Alesjaure l’a averti qu’ils annonçaient des vents violents pour la nuit ainsi que du froid!

Notre dernier campement devant le lac Ratojaure

Notre dernier campement devant le lac Ratojaure

20160809_214907

Il fait vraiment froid!!

Il fait vraiment froid!!

Reconnaissantes de cette information, nous ne manquons pas de sécuriser les attaches de la tente avec de gros cailloux-rochers! Et heureusement, car moins d’une heure plus tard, je croyais bien que la tente allait céder sous la force du vent!! Et il fait froid!!! Nous préparons notre repas depuis nos sacs de couchage!! L’air que nous expirons se transforme en vapeur d’eau… Nous ne tardons pas à essayer de dormir… car demain une longue route nous attend jusqu’à l’arrivée d’Abisko! Sommes-nous réellement déjà à la fin de notre périple???

 

Mercredi 10 août – Kieron à Abisko

5h00… je me réveille dans un froid de canard… mais quelque chose attire mon attention… non seulement il n’y a pas de vent, mais il me semble apercevoir la lueur du soleil non loin… Je m’habille en vitesse et sors contempler un magnifique spectacle! Je suis seule, et devant moi s’éveille la nature… Les montagnes en face de nous sont recouvertes de voiles en dentelles de neige fraiche tandis que le soleil caresse de ses rayons ses pentes vertes vives, contrastant ainsi avec la couleur irréelle du lac bleu mentholée…

Rana ne tarde pas non plus à se lever et grâce à nos techniques de rangement bien exercées, nos affaires sont prêtes en un rien de temps! Nous nous forçons une dernière fois à manger notre muesli infecte et pour une fois, c’est une tente quasiment sèche que nous plions une ultime fois également!

Il temps de regarder une dernière fois ce panorama; dans une demi-heure environ, nous nous engagerons dans une sorte d’alpage marécageux avant de poursuivre notre descente sur Kieron!

Quel plaisir que de marcher sous ses rayons de soleil qui nous réchauffent gentiment! La vue est belle et bien que le terrain soit extrêmement humide, le sentier est dans un état potable, nous permettant de le traverser assez rapidement. En revanche la descente vers Kieron est…. pénible! Le sentier, jonché de rochers irréguliers et nos corps fatigués nous forcent à baisser la cadence et nous concentrer au maximum dans notre allure.

20160810_094910Insolite…

Je resterais toujours abasourdie des performances que peuvent avoir mes compatriotes hollandais… Ils vivent dans un pays ultra plat mais sont capables de parcourir à un rythme effréné des sentiers de montagne…. Ce fut une nouvelle fois le cas lorsque deux d’entre eux nous dépassèrent avec le feu au fesses…

La vallée s’ouvre gentiment mais sûrement sur le parc national d’Abisko! On peut “sentir” que nous arrivons à Kieron! Nous nous rapprochons de plus en plus de la forêt et cherchons du regard les tentes bleues Fjällräven.

Ca y est, nous les voyons et arrivons rapidement au relais de Kieron! Beaucoup d’autres participants sont là. Chacun peut lire sur le visage de l’autre la fatigue, les muscles endoloris mais cette petite étincelle au coin de l’œil qui ne ment pas, qui cache de merveilleux souvenirs du chemin parcouru!

Ici, c’est également une jolie surprise sous forme de crêpes délicieuses que nous offrent deux suédoises attentionnées… Elles nous rappellent un peu nos mamans, douces, attentionnées et pleines d’admiration pour ces participants de tous âges qui défilent devant elles.

Avec Rana, nous nous demandons ce que sont devenus Martin et Csaba… nous n’avons pas vu leur tente et nous disons qu’ils sont sans doute devant nous sur le trajet d’Abisko!

Dernière ligne droite

Après une bonne heure de pause au coin du feu à échanger avec d’autres participants et quelques membres de l’organisation (qui au passage nous disent qu’ils sont désolés car en plus de vingt ans ils n’ont jamais vu des conditions météorologiques aussi déplorables que cette année!!), nous nous remettons en route!

Je me sens bizarre… c’est la dernière ligne droite… mon corps est fatigué mais je suis presque nostalgique…Est-ce vraiment déjà la fin? Et d’un autre côté, j’ai juste envie d’en finir, de lancer mon sac de 23kg au loin et de me visualiser déjà en Norvège…

Quoi qu’il en soit, il faut finir… nous reprenons notre “pas du guide”, gentiment mais sûrement… nous sommes à présent au niveau du lac d’Abisko et devons le suivre jusqu’à son extrémité, avant de suivre la rivière qui s’en découle jusqu’à la ville d’Abisko!

Avec Martin et Csaba

Avec Martin et Csaba

Diantre… que c’est long… nous décidons finalement de nous arrêter sur un petit promontoire à droite du sentier, nous permettant ainsi de voir un peu mieux le coin pour manger et à l’aide d’un gros rocher, protéger le réchaud du vent!

 

Quelle ne fut pas notre surprise lorsque nous voyons arriver…. Martin et Csaba!!! Nous les imaginions loin devant nous…..! En nous voyant leurs yeux sortent presque de leurs orbites… ils semblent dépités… hihi

Il faut dire, pour la petite anecdote, qu’ils nous ont relaté qu’ils sont des sportifs émérites, allant entre autre nager cinq fois par semaine. Nous avions bien senti qu’ils étaient assez contents de nous raconter leur exploit en terme de rando et autre sport… La frustration a dû être de mise lorsqu’ils nous voient sans cesse devant eux sur le sentier (car ce fut le cas également entre Tjäktja et Alesjaure!!)

Ils s’accordent une pause “thé” avec nous, alors que nous terminons notre repas. Ils nous expliquent qu’ils ont poursuivi la veille jusqu’à Kieron, mais ont dormi jusqu’à 10h00 et ne ce sont mis en route qu’à 11h00 environ… Nous nous sommes donc croisé à une demi-heure prés… hihi ^^

Martin suggère que nous fassions le reste de la route ensemble, et voilà que la fine équipe se met en route pour… 3 minutes! La cadence infernal des messieurs ne nous convient pas duuuuu tout, et leur demande de passer devant, on se reverra plus tard…

Ouff! Rana et moi soufflons… vraiment, ce n’aurait pas été possible!!! et reprenons notre pas du guide, comme nous aimons l’appeler 🙂

Cette étape est vraiment interminable!! Nous marchons désormais quasiment en parallèle à deux hommes scandinaves dans la quarantaine, qui visiblement souffrent autant que nous, au vu de leur démarche! Quand soudain, nous apercevons un panneau annonçant les derniers 6.5km!!! Yahouuu! Nous empruntons l’un des derniers pont du parcours… pour retrouver avec étonnement Martin et Csaba de l’autre côté, assis en train de manger… Décidément ils sont surprenants! On rigole et on se dit à plus tard, en étant persuadés qu’ils nous rattraperont bien vite!

5L’arrivée

Aujourd’hui, hormis notre pause de midi d’une heure, nous avons raccourci toutes nos petites pauses! Notre cadence est également un tout petit peu plus soutenue! Nos corps sont vraiment à bout et le mental a pris le dessus depuis un moment!! Nous avançons, croisant et recroisant les deux scandinaves, puis enfin, un nouveau panneau indiquant 2.5km: Rana jubile – saute – souris jusqu’aux oreilles et lance des “come on guys, less than 30 minutes!!!” ! Les deux scandinaves sourient à présent et encouragés par notre “niak”, notre patate, se mettent à suivre notre rythme en suant à grosses gouttes! On sort du sentier de randonnée, nous voilà sur un chemin large à gravier; des fanions de l’organisation nous montrent la voie à suivre jusqu’à l’arrivée. Rana est innarrêtable haha, elle sautille, court, se retournent sans cesse en motivant tout le monde hihihi! Elle pique même un sprint avec un asiatique mais dû vite se calmer sous peine de provoquer un infarctus au pauvre participant hahaha…

Et enfin… devant nous : l’Arrivée!!! L’adrénaline remonte, et c’est sous les applaudissements et cris d’encouragements des personnes présentes que nous passons, en courant, la ligne d’arrivée!

6

9

10

12

13

14

Que d’émotions!! Nous nous jetons dans les bras l’une de l’autre et personne; Non, vraiment personne ne peut nous arracher le sourire que nous avons aux lèvres!

On ne réalise pas… on se prend la tête dans les mains… on est vraiment là?! On vient de rallier 110 kilomètres ensemble, sans une seule engueulade, dans une complicité vraie, nous poussant mutuellement jusqu’au bout… c’est fabuleux!!

Juste après notre arrivée

Juste après notre arrivée

The two swiss chics with no bags

On dépose les sacs dans un coin pour officialiser notre arrivée avec le dernier tampon de l’organisation dans notre hiking pass! Et là, une femme se retourne sur nous et d’un regard ébahit nous lance: “Hey, aren’t you the two swiss chics with no bags????! You’re already here?!! Wow” – “Hey, vous n’êtes pas les deux nanas suisses sans sacs?! Vous êtes déjà là?!! wow” 🙂

Nous sommes physiquement au bord de l’écroulement (d’ailleurs notre démarche rappelle celle de mamies arthrosées et nous fait bien rire), en revanche intérieurement tout bouillonne, tout va à douze mille à l’heure… Mais il faut à présent se renseigner sur le lieu de notre guesthouse et trouver un moyen de s’y rendre. Heureusement, l’arrivée de la course est à l’office du tourisme, alors nous avons bien vite nos renseignements, et pouvons gentiment aller reprendre nos petites valises, acheminées par l’organisation de Nikkaluokta à Abisko.

L’arrivée des compères

Nous sommes arrivées il y a déjà une heure… et là, au loin, nous apercevons avec étonnement nos deux compères Martin et Csaba arriver la mine défaite… On les encourage, on applaudit et leur dit de courir, allez ça y est… hop!!

Ils nous expliquent qu’ils n’ont pas réussi à nous rattraper et qu’ils ont dû refaire encore une pause après nous avoir vu… Les pauvres ont l’air dépités et nous n’insistons pas… Par la même occasion nous retrouvons également Gunnar, le jeune suédois volontaire pour la course, qui nous a donné des conseils les jours précédents. Lui aussi est au bout du rouleau, et le pauvre doit encore travailler au bar du Trekkers’Inn ce soir… Il nous encourage à venir y faire un tour mais notre logement étant à 2km de là et vu l’état de fatigue, nous ne promettons rien!

La bonne surprise fut de découvrir un fourgon de notre logement, l’Abisko Guesthouse, qui attendait à l’arrivée… Entre nous je nous voyais mal marcher encore plus de 2km, en tirant du reste notre petite valise en plus de nos sacs sur le dos…

Réflexion

20160810_192323

Je crois que c’est en arrivant à notre chambre, affalée sur mon lit, que je réalise enfin que c’est fini… un sentiment mitigé me traverse… j’éprouve de la fierté pour ce que nous venons de faire, je suis heureuse et à la fois presque mélancolique!

110 kilomètres c’est long, vraiment long… mais à la fois tellement trop court!!

Et je ne puis qu’espérer en un jour prochain, ce fameux jour où nous pourrons amplement profiter de toute la beauté que le grand patron nous a donné dans cette si belle nature!

Voilà… il est temps de terminer cet article… si tu es encore là, merci d’avoir lu tout ce récit. J’espère qu’il t’aura peut-être donné envie de te lancer toi aussi dans cette folle aventure! 🙂

J’aimerais encore dire à ma nièce Rana à quel point je suis fière de ce qu’elle a accompli à mes côtés! C’était dur, nous sommes toutes les deux sorties de notre zone de confort, mais c’est une complicité intense et vraie qui nous a liée tout au long de ce parcours! L’une a toujours été là pour motiver l’autre et je ne peux qu’être reconnaissante d’avoir une famille avec des membres sur lesquels nous pouvons compter.

16

Je te laisse à présent, car il y a encore tant de choses à raconter sur la suite de nos aventures en terres norvégiennes… mais ça, ce sera pour une autre fois! 😉

Miki

Résultats finaux:
Rana: 97:14:19
Maaike: 97:14:16

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram a retourné des données invalides.

Follow Us On Instagram