Follow Us Outside - Welcome to my world !

❄ Hiver ou pas?

27 décembre 2016! Un hiver en latence… les températures sont bien froides mais pas un pécule de neige à l’horizon… Bien que l’hiver fut également lent à s’installer l’année dernière, cette année bat tous les records!

Destination du jour

dsc_4084_refuge

Quoi qu’il en soit, étant de nature objective, je vois dans cette situation la possibilité d’aller explorer un dernier refuge d’altitude avant la fin de l’année. Direction celui des Dents du Midi, dans le Vallon de Van en Valais. Le topo indique une montée d’environ 4h30 depuis le camping de Van d’en Haut, en passant par le lac de Salanfe.

Etant une équipe de bons randonneurs – Alban, Marc & moi – nous prévoyons un départ de Van d’en Haut aux alentours de 11h00. La route depuis les hauts de Salvan-Les Granges est quelque peu verglacée, attention à votre vitesse pour les éventuels croisements sur cette route sinueuse.

Nous prévoyons une montée d’environ 4h jusqu’au refuge. Nous emmenons avec nous le matériel nécessaire pour la nuit en haut, sans oublier évidement la FONDUE!! 🙂

Grâce à internet, j’ai pu voir des photos récentes des conditions du terrain là-haut. Il y a de la neige, en tout cas à la hauteur du refuge, et vu les vagues de froid, voir de gel que nous avons eu j’imagine que certains passages seront bien glacés. Nous décidons d’emmener des crampons avec nous par sécurité.

Ascension

 

Nous laissons finalement la voiture à 11h45 et entamons notre ascension dans une brise glaciale! C’est la première fois que je monte au lac Salanfe aussi tard dans l’année et je découvre que plusieurs tronçons de sentier se sont transformés en rivières gelées. Le spectacle est magnifique et les zones glacées peuvent être contournées sur leurs côtés. La montée au lac se fait assez rapidement et sans grosses difficultés, hormis les différentes vagues de températures nous poussant à ôter, remettre puis ôter à nouveau quelques couches. Nous accueillons avec plaisir les rayons de soleil en arrivant au lac, qui a complètement gelé! Plusieurs groupes de randonneurs sont venus apprécier le paysage, mais très peu poursuivent l’ascension.

Le sentier continue derrière l’auberge de Salanfe et monte plus ou moins gentiment jusqu’à une bergerie d’alpage. A partir de là, la neige est présente. Glacée à certains endroits, puis croutée –  cachant quelques épaisseurs de poudreuse – ou soufflée…

La progression sur ce terrain très irrégulier est pénible! L’altitude se fait également sentir… je peine de plus en plus avec mes problèmes de souffle! Le chemin semble interminable… je me concentre sur les traces de mes acolytes devant moi. Ceux-ci sont des compagnons exceptionnels! Attentionnés, ils vérifient régulièrement que je suis toujours derrière eux, me motivent, me poussent à continuer. Marc me force presque à plusieurs reprises de lui donner mon sac! (Ce que je refuse car je suis têtue, bornée et que je veux aller jusqu’au bout avec mes propres moyens… hahaha)

Le ciel commence à se parer d’une palette de couleurs pastels, le soleil glisse derrière l’horizon et c’est dans ses derniers rayons que nous atteignons enfin notre abri vers 17h30! Il nous aura fallu une bonne heure de plus que le topo!!!! Diantre cette montée était péchue!!! Pfiou pas fâchée d’arriver!

Le Refuge

Il est perché tel un nid d’aigle, devant les sommets de la Dent Jaune et de la Cathédrale… Dès l’ouverture de la porte, l’ambiance chaleureuse de l’abri se fait sentir (même s’il fait mega froid) et son mini réfectoire nous régale d’une vue panoramique sur les sommets alentours. Nous faisons un rapide tour du propriétaire, les hommes descendent à la cave pour aller fendre du bois (il y a une trappe qui y donne accès devant le fourneau à bois, pas besoin de passer par l’extérieur). Nous sommes ravis de trouver également dans la cuisine tout le nécessaire tels que casseroles, ustensiles, vaisselles, caquelon à fondue et même quelques denrées alimentaires tels qu’épices, maizena, sucre, pâtes, etc. Le dortoir est également fourni en couvertures multiples, coussins et pantoufles de diverses tailles.

dsc_3913J’avais prévu mon réchaud à gaz et une casserole en inox pour rapidement faire cuire de l’eau; alors pendant que les hommes s’affairent à la corvée bois, je lance une petite soupe, histoire de nous réchauffer pendant que le fourneau chauffe et que nous puissions préparer la fondue au cidre. (PS: de la tuerie le cidre au lieu du vin blanc!! La fondue est beaucoup plus digeste et légère, miam! Merci JD pour l’astuce!)

Le summum du confort ici c’est la lumière!! Mais afin de ne pas profiter outre-mesure et afin d’avoir une ambiance plus cosi nous allumons les bougies que nous avons monté avec nous.

Le ciel autour de nous se met à scintiller, les myriades d’étoiles nous rappellent notre petitesse dans cette si vaste nature! Le bois crépite dans le fourneau, notre fondue au cidre frémit et nous nous régalons de cette ambiance si simple, si vraie…

Plus l’heure passe et plus les astres deviennent fabuleux à observer! Nous bravons plus d’une fois le froid pour nous délecter de ce spectacle céleste (bon ok!!! aussi pour évacuer les litres de thés…. hahaha).

Nous décidons de nous lever de bonne heure, déjà pour profiter du lever de soleil mais également pour accompagner Marc qui a un autre engagement dans la journée de demain. Le premier bout de la descente sera technique et les crampons seront nécessaires, aussi vaux-t ‘il mieux que nous soyons tous ensemble! Nos réveils nous tirent d’une relative bonne nuit de sommeil à 6h30! Il fait encore nuit mais les toutes premières lueurs du jour arrivent! Nous prenons notre petit déjeuner en admirant les montagnes se dessiner peu à peu dans l’obscurité. Je profite des lueurs de l’aurore pour faire quelques tests photos, non sans difficultés en n’ayant pas emmené un déclencheur à distance… tourte que je suis!

Magie des premiers rayons de soleil

Puis vient le départ! Il est 8h00, nous sommes dehors à chausser nos crampons quand viennent nous caresser sur les joues les tous premiers rayons de soleil. Il fait un froid bien glacial mais nous n’y prêtons pas attention devant ces belles lumières! Je me régale à photographier mes deux compères! L’ambiance alpine, la trace de la veille, ce paysage sauvage autour de nous…. wouaaaaaa un bon gros moment de pur bonheur jouissif!

La première partie de la descente est comme supposée, bien technique, en particulier un passage bien raide, soufflé, sans prises, où tu dois passer sous un gros rocher pour rejoindre une arrête elle aussi bien gelée et soufflée. Ce passage n’aurai pas pu être possible sans les crampons… Une fois sur l’arrête, nous décidons de couper droit en bas par le versant enneigé, sans risque, plutôt que de nous battre entre les rochers, caillasse gelée et glissante…

Nous avons relativement vite rejoint le lac. Nous espérions croiser la horde de bouquetins, mais ceux-ci pâturaient à ce moment-là plus haut, en direction du Col du Jorat. A vue d’œil le groupe devait être composé d’une bonne vingtaine, voir plus, d’individus, dont quelques beaux grands mâles! On remontera faire des photos une prochaine fois, là nous continuons notre progression vers la voiture. La descente se fait sans problème, hormis les quelques zones glacées de la veille qui nécessitent une bonne concentration pour les éviter.

Il fait bon arriver à la voiture! Les 1600 mètres environ de dénivelé se font bien sentir dans les cuisses et les genoux! Marc nous quitte et avec Alban nous décidons de nous arrêter à Salvan boire un café histoire de se réchauffer un coup! Finalement, le Café de l’Union nous donne envie de rester manger, et c’est après un bon pavé d’Agneau aux herbes que nous quittons ce coin que j’aime tant!

Résumé

Ce fut à nouveau une belle sortie où la nature nous rappelle notre place, toute petite, dans cet univers si grand! Une sortie qui nous rappela l’importance d’être équipé de matériel adéquat pour ce genre d’excursions; l’importance de connaître ses limites et de prendre le temps d’évaluer les dangers ou les difficultés et de s’adapter; et l’importance d’être accompagné(e) de personnes fiables.

Un lieu incroyable, presque incontournable, mais qui n’est pas à mettre dans les pieds de n’importe qui. Si la montée jusqu’au lac est abordable, elle reste néanmoins bien “cardio” et le deuxième tronçon de chemin jusqu’au refuge est bien pêchu! On attendra probablement le printemps pour y remonter

Itinéraire

topodentsdumidi

7 Comments

  1. Théraulaz

    6 janvier 2017 at 15 h 04 min

    Beau récit de courses dans notre refuge des Dents du Midi. Félicitations,ça fait plaisir de voir que certaine personnes apprécient , le travail des bénévoles de notre section, donc merci à vous et merci à eux et tout particulièrement, son intendant, Marc Antoine Panchaud et son épouse Josiane.
    CAS Section Argentine de Bex.
    Jacques Théraulaz dit Tchi-tcho

    Reply
  2. Fitzé

    5 janvier 2017 at 15 h 53 min

    Magnifique! Merci pour ce partage. Ça fait vraiment envie de s’y mettre!

    Reply
    • admin-miki

      5 janvier 2017 at 16 h 59 min

      Merci pour le commentaire 🙂 c’était en effet une très belle expérience! Vivement les prochaines. On se réjouit d’ajouter bientôt sur le site les récits d’autres sorties en cas d’intérêt il y a la possibilité de s’abonner à notre newsetter à tout bientôt. Salutations Miki

      Reply
      • Théraulaz

        6 janvier 2017 at 15 h 06 min

        Beau récit de courses dans notre refuge des Dents du Midi. Félicitations,ça fait plaisir de voir que certaine personnes apprécient , le travail des bénévoles de notre section, donc merci à vous et merci à eux et tout particulièrement, son intendant, Marc Antoine Panchaud et son épouse Josiane.
        CAS Section Argentine de Bex.
        Jacques Théraulaz dit Tchi-tcho

        Reply
        • admin-miki

          6 janvier 2017 at 15 h 58 min

          Merci pour le commentaire Tchi-Tcho ^^ Au plaisir de se croiser dans nos belles montagnes! Miki

          Reply
  3. Valentin

    4 janvier 2017 at 21 h 00 min

    Superbe merci pour ce joli récit! Le ciel étoilé fait rêver. Je connaissais la fondue au champagne dont le côté digestif s’apprécie également mais j’ai bien envie de tester au cidre tiens! Le pain tessinois fait moins envie par contre 🙂

    Reply
    • admin-miki

      5 janvier 2017 at 0 h 55 min

      Merci pour le comm’ 😉 il était bien arrivé mais devait être approuvé ^^ on va bien trouver au moins une occas pour faire une belle fondue cet hiver pardi!!

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram a retourné des données invalides.

Follow Us On Instagram